Equipes

Les membres du CA

Kirsten Koop

Kirsten Koop

Présidente

Géographe, maîtresse de conférences à l‘Université Grenoble-Alpes et membre du laboratoire PACTE.

Depuis 2014, elle s’intéresse aux convergences entre les études de l’après-développement (postdevelopment studies) et les études de la transition écologique et sociale (sustainable transition studies). Elle étudie notamment les valeurs et pratiques d’initiatives alternatives au régime conventionnel dominant, leur émergence, leurs formes de dissémination et leur capacité à transformer les territoires. Ses terrains actuels sont les territoires à renommée «alternatifs » dans l’espace rural montagnard (Ardèche méridionale, Trièves, Valle de Suse).

Raffi Duymedjian

Raffi Duymedjian

Secrétaire

Chercheur, professeur associé a Grenoble École de Management (GEM), associé au département Homme, Organisations et Société. Il est initiateur de la Chaire « Paix économique » a laquelle il a associe Modus Operandi.

Ses enseignements portent principalement sur le Knowledge Management, d’une part, et des aspects de méthodologies du raisonnement d’autre part, Gestion des connaissances incrémentale, décliné suivant différentes dimensions : théorie du bricolage, bricolage managérial, bricolage dans les industries culturelles. Ses recherches se focalisent sur le bricolage comme modalité d’innovation.

Vincent Calame

Vincent Calame

Trésorier

Développeur informatique, il a créé en septembre 2003 avec son associée Karine Goasmat, la petite entreprise Exemole qui œuvre dans le domaine de la structuration de l’information. Irénées est le prototype de sites ressources et le premier d’une longue liste de sites développés par Exemole.

Entre autre il a l’origine du développement de :
• l’outil cartographique Desmodo : un logiciel libre, de mise en relations de concepts qui peut notamment être utilisé comme alternative au compte-rendu de réunion classique et qui facilite l’analyse transversale ;
Scrutari : un moteur de recherche lié aux bases de fiches mais autonome et qui permet d’agréger des données issues de bases différentes.

Claske Dijkema

Claske Dijkema

Fondatrice et anciennement salariée de l’association, Claske s’est particulièrement impliquée dans l’université populaire de la Villeneuve sur les thèmes de l’islamophobie du racisme et l’héritage colonial. Elle est docteur en géographie au laboratoire PACTE (Université de Grenoble-Alpes). Soutenue en 2021, la thèse s’intitule Subalterne en France. Une exploration décoloniale de voix, violence et racisme dans un quartier d’habitat social marginalisé à Grenoble. A partir de cette recherche, l’association nourrit sa réflexion autour de la citoyenneté. Elle a reçu une bourse Marie Sklodowska-Curie pour poursuivre ses recherches à swisspeace sur la paix urbaine et elle enseigne à l’Université de Bâle dans les masters Changing Societies et Critical urbanisms, notamment le cours Decolonising swiss urban landscapes.

Arnaud Blin

Arnaud Blin

Président adjoint

Historien et politologue franco-américain, influencé par l’école anglo-saxonne, il contribue à la renaissance française de l’histoire militaire classique qui se fait jour à partir des années 2000.

Ses ouvrages se caractérisent par l’accent mis sur les conditions géopolitiques et géostratégiques définissant la nature et la portée des grands conflits armés.  Il s’est intéressé à la dialectique de la paix et de la guerre en prenant pour exemple la paix de Westphalie de 1648. Ses ouvrages ont été traduits en anglais, italien, espagnol, roumain, bulgare.
Avec le colonel Renaud François, il a créé l’Indice Passy-Dunant de la Paix et l’Indice de la Gouvernance Mondiale (IGM).

Isabelle Saint-Saëns

Isabelle Saint-Saëns

Informaticienne et membre de Migreurop, de mai 68 à ses actions en faveur de la liberté de circulation et d’installation, Isabelle est engagée dans des nombreuses luttes politiques pour l’autonomie.

Elle a été membre du comité de rédaction de la revue Vacarme jusqu’à la fin de la parution de la revue en 2020. Elle traduit aussi des articles scientifiques de l’anglais vers le français, et inversement.

Les salarié·es

Karine Gatelier

Karine Gatelier

Herrick Mouafo

Herrick Mouafo

Séréna Naudin

Séréna Naudin

Maud Weber

Maud Weber

Les associé·es

Morgane Cohen

Morgane Cohen

Morgane est architecte DE, formée aux méthodes d’éducation populaires et aux pédagogies libertaires. Depuis toujours, elle est impliquée dans la démocratisation de l’architecture et la fabrication de la ville.

En plus, de participer aux actions-recherche de Modop, Morgane a crée et réalisé des Actes des Rencontres de Géopolitique critique pendant plusieurs années.

Calvin Minfeguem

Calvin Minfeguem

Docteur en géographie diplômé de l‘Université Catholique d’Afrique centrale et à l’Université de Grenoble-Alpes, ses recherches portent sur la frontière comme objet et comme méthode mais plus spécifiquement sur les territorialités (trans) frontalières dans leurs liens ou articulations à des trames de conflictualité. Ses terrains de recherche se situent en Afrique centrale. Il s’intéresse également à la pluralité des modèles épistémologiques dans les recherches ayant pour objet, l’Afrique.

Calvin fait partie de l’équipe pédagogique des écoles pratiques en analyse et transformation de conflit.

Amani, Mohamed Mouhamadou

Amani, Mohamed Mouhamadou

Diplômé de l’École nationale de l‘Administration et de la Magistrature (ENAM) de Niamey, Niger, Amani est actuellement chef de la division Suivi et Évaluation de la Haute Autorité pour la Consolidation de la Paix (HACP) à Niamey, où il est également le point focal pour le programme PAIERA (Programme d’actions à impact économique rapide), soutenu par l’Union européenne.

Amani est co-auteur d’une première étude  Nord Tillabéri : analyse du conflit lié aux ressources naturelles.

Coline Cellier

Coline Cellier

De formation anthropologique, psychologique et géographique, Coline a eu l‘occasion de travailler sur des sujets divers et s’est spécialisée sur le rapport au savoir dans les institutions scolaires et dans la société auquel elle a consacré son mémoire de fin d’étude.Karine Gatelier suivait son mémoire de fin d’étude et elle développait en parallèle un service civique sur « l’impact du passé colonial sur la France actuelle » avec Claske Dijkema, en collaboration avec l’Université Populaire de la Villeneuve.

Depuis 2017, elle a également créé avec Séréna Naudin les ateliers « Fabrique de l’altérité » sur les préjugés, les mots qui excluent et plusieurs formes de microviolences quotidiennes.
Travaillant également avec des enfants et adolescents depuis une dizaine d’années, elle a développé des compétences dans le domaine de l’éducation populaire et elle souhaite aujourd’hui se spécialiser sur les questions relatives à la jeunesse (étude sur la violence de l’école, formations, ateliers socio-éducatifs etc).